` Week End Batellerie / St Pierre du Vauvray / 20 mars 2009 | Vivez Saint-Pierre

Sommaire

Archives

Contact

Contactez-nous

Week End Batellerie / St Pierre du Vauvray / 20 mars 2009

Week End Batellerie  / St Pierre du Vauvray / 20 mars 2009

 

L’association APURE, qui représente les intérêts des riverains et les usagers de la Seine, a offert, le  temps d’un  week-end, de poser un regard averti sur notre l’histoire, et les histoires, qui ont accompagné notre fleuve.

Bien évidemment, nous avons un regard contemporain sur la Seine. 

Car en menant nos pas sur le  chemin de halage, comment oublier ceux qui nous y ont précédé, comment ignorer que ce fleuve fut l’axe d’un grand développement industriel et économique ?

Vous y voyez transiter péniches, chalands, et maintenant ces bateaux porte-containers sur lesquels  les  inscriptions évoquent  un transit mondial….

Ces témoins de l’économie européenne, mais aussi de tous les continents, défilent sur notre fleuve,  sillon de mondialisation …

N’oublions pas que la Seine d’aujourd’hui est le produit d’une histoire, intimement liée aux hommes, aux métiers du fleuve, à des savoir-faire, à tout un patrimoine. 

C’est pour ne pas l’oublier, pour partager ce patrimoine fluvial dont tout un pan existe encore dans la mémoire de nos témoins bateliers, que ce week-end a été consacré à l’histoire, aux histoires, de la Seine. 

Conférence : « Les bateaux à vapeur sur la Seine »

 

Passionné d’histoire locale et de la Seine, Hubert Labrouche, Président-conférencier des Amis de la Batellerie de Poses, captivait le public en présentant une riche documentation, agrémentée d’anecdotes, sur les techniques de navigation en Seine au 19ème siècle.

Après la pratique du halage (à traction animale ou humaine) qui fut longtemps utilisée, se sont développées, à l’aube de ce siècle industriel, de nouveaux modes de navigation.

Certains sont peu  connus : comme la  technique du touage, avec ses contraintes, ses risques, sa longue chaîne de 226 km (dont certaines sections reposent encore au fond du fleuve), du procédé mécanique au système électromagnétique… jusqu’au poids de la chaîne, qui fut évalué en tenant compte de son coefficient d’usure…

A l’aide de nombreux croquis et photos, H. Labrouche emmenait son public à bord du toueur, dans le fracas de l’enroulement de la chaîne, dans la tension du risque de rupture… illustrant ces longs défilés de chaland derrière le toueur, acteurs de toute une économie liée au fleuve.

Aux bateaux à roues à aubes, peu commodes à la navigation du fait de leur largeur, ont succédé les vapeurs à hélices, à l’origine de l’explosion du remorquage sur la Seine notamment.

Marquant plus particulièrement l’histoire locale, nombre de Posiens furent des spécialistes de cette navigation. L’un d’eux reste a marqué les mémoires puisqu’il pilota la « Dorade III » qui remonta les cendres de Napoléon par la Seine.

Avant l’arrivée du chemin de fer, la navigation en Seine était un moyen commode et privilégié pour parcourir de longues distances (de Paris au Havre, en passant par Rouen et toutes les grandes étapes en bord de Seine)

Ainsi, en plus de l’activité de transport de marchandises, nombre de bateaux passagers sillonnaient la Seine, permettant même la liaison avec Londres ! Deux compagnies concurrentes se disputaient ce marché en plein essor ! Les archives révèlent  que certains bateaux embarquaient jusqu’à mille passagers !

C’était il y a un peu plus d’un siècle ; nous restons étonnés de cette grande mobilité des marchandises et des hommes… Toute cette activité liée à la rivière imprègne encore la mémoire collective des riverains du fleuve.

Raviver cette mémoire, c’est faire un clin d’oeil face aux modes actuels de transport…

Quand on dit durable……..

Exposition : « La batellerie de Seine, de 1800 à nos jours »

 

C’est par une exposition particulièrement riche en informations sur l’histoire de la batellerie que s’est poursuivi ce week end consacré à l’histoire du fleuve

C’est gràce à nos amis Anciens bateliers, réunis en association à Amfreville la Mivoie (près de   Rouen) que l’APURE a pu proposer aux habitants cette exceptionnelle exposition.

Des panneaux riches de témoignages, d’informations, d’illustrations, de photographies et cartes postales, traduisent une passion et un savoir faire remarquables …

la mémoire vive du fleuve

Intarissables en anecdotes et détails, André, Gilles, Alain et Claude accompagnent les visiteurs sur ce parcours très  pédagogique.

D ‘abord une vue d’ensemble des bassins fluviaux de France et leur évolution… un petit rappel sur le halage. Puis une approche plus technique sur la canalisation de la seine, l’aménagement du réseau à gabarit « Freycinet »… bien sûr, n’oublions pas l’évolution des bateaux à aubes, à vapeur, à hélices, l’épisode du toueur. Viendra ensuite le moteur diesel .

Toute une iconographie nous rappelle les différents bateaux de Seine, de la péniche au pousseur, en passant par les chalands, les remorqueurs,  les pontons, l’automoteur, l’auto-moteur pousseur…

Pour compléter chaque panneau, de très nombreuses maquettes (un  festival de savoir faire et d’amour des bateaux !) viennent illustrer ces démonstrations ! On rêve… on fait route sur l’eau, dans le temps….  de la « Besogne » du 19ème siècle, des péniches, le rougaillou (c’est quoi ? allez donc voir la prochaine expo !), de nombreux chalands et Freycinet, des maquettes d’écluses, des remorqueurs, jusqu’au convoi pousseur de 180 m chargé de containers EVP.

 

Mais surtout, nos bateliers accompagnent les visiteurs et ne tarissent pas d’anecdotes ! Toujours Napoléon : son intérêt pour la voie fluviale, à l’origine de la modernisation du réseau ; les incidents d’inauguration au canal de saint Quentin, la remontée du catafalque impérial, comment les règles de route sur la Seine furent modifiées pour déjouer les mouvements d’opposition possibles… de l’histoire vivante !!

 

La vie du marinier est révélée au gens « d’à terre » : travail et vie à bord, portraits de mariniers, la vie familiale et le rôle essentiel de la femme, les nombreux métiers du bateau, la vie sociale marinière, sans oublier Conflans, capitale de la batellerie et son grand Pardon des Mariniers.

Une vie rythmée par les passages et attente aux Bureaux d’affrètements (la Bourse) et aussi par des conflits sociaux avec les grandes grèves de la batellerie.

 

La Seine, fleuve d’avenir

La visite se termine par une analyse de la politique énergétique de la France et son engagement dans sa politique de transports, la concurrence du rail et de la route, l’importance du  développement du trafic et des différents frets, l’essor du transport en containers…

Sans oublier ce nouveau paramètre (mais pas nouveau pour le transport fluvial !) : l’implication environnementale forte et l’intégration des exigences d’un développement durable

Où l’on comprend que le réseau de voies navigables est inadapté, notamment dans ses connexions,  et pose problème de concurrence avec les autres ports d’Europe…. en attendant la liaison Seine-Nord ..!

 

Une belle histoire de mémoire, indissociable d’une grande modernité dont les mariniers sont porteurs.

Le public a été conquis par tant de patrimoine fluvial et vivant, par la rencontre avec  « ceux d’à bord », gens du fleuve qui sont, depuis longtemps déjà, les symboles d’une Europe élargie…

Un grand merci à nos passeurs de mémoire batelière….

 Anne Marie Ashbrook

Discussion

Aucun commentaire pour “Week End Batellerie / St Pierre du Vauvray / 20 mars 2009”

Poster un commentaire

Merci de recopier le code ci dessous dans le champ situé à droite.

`

Login