` Le tri du verre | Vivez Saint-Pierre

Sommaire

Archives

Contact

Contactez-nous

Le tri du verre

logo case 100Le tri du verre

C’est de nous, premier maillon de la chaîne du recyclage, dont dépend la quantité mais aussi la qualité du verre collecté. En pré-triant rigoureusement le verre d’emballage, nous sommes assurés qu’il sera recyclé à 100% et à l’infini.

Dans les bacs dédiés ou conteneurs à verre, on met uniquement du verre d’emballage. C’est-à-dire tous les emballages en verre : bouteilles, flacons, bocaux et pots. Ainsi, en plus des bouteilles habituelles, n’oubliez pas vos pots de confiture, petits pots de bébé, pots de moutarde, sauce tomate, bocaux de légumes….

Rappel : Il est inutile de les laver. Laver les emballages gaspille l’eau.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le verre d’emballage a une composition différente de celle des autres verres, les ampoules électriques, les écrans de télévision ou le verre culinaire, par exemple et que le mélange des différents types de verre rend leur recyclage difficile, voire impossible.

On nous demande aussi de ne pas y mélanger des éléments infusibles: des capsules, des morceaux de porcelaine ou de céramique. Ces produits ne fondent pas dans les fours et on les retrouve inclus dans les nouveaux emballages, ce qui les fragilise et peut conduire à stopper toute une chaîne de production.

Alors attention aux faux amis !

r Surtout pas de porcelaine, faïence, grès, carrelage, terre, pierres, graviers, ciment, métaux…

r Ni de verres spéciaux, tels que verres armés, pare-brise, écrans de télévision, ampoules d’éclairage, lampes, cristal, vaisselle en verre, verre culinaire, verre opaline, miroir et verre non transparent et coloré, vitrocéramique…

A son arrivée dans le centre de traitement, le verre subit un premier tri manuel qui permet d’enlever les objets de taille importante qui pourraient s’y trouver mêlés : des bouteilles ou des sacs en plastique, par exemple.

Ensuite, le verre subit toute une série de tri :

Des tris mécaniques éliminent les métaux ferreux ou non-ferreux (acier, aluminium…).

Un tri optique au laser identifie et extrait les matériaux infusibles.

Un soufflage permet d’extraire les éléments légers : les bouchons, le papier.

Le verre est ensuite broyé et transformé en calcin, calibré à la demande des verriers pour refaire des emballages en verre.

La seule limite au recyclage du verre est la couleur. En France, à de rares exceptions près, la collecte est organisée en mélange et est composée de verre de couleurs différentes : vert, brun, incolore.

Avec ce verre, on ne peut refaire que du verre de couleur.

Un tri complémentaire permettra bientôt de séparer le verre de couleur du verre incolore, ce qui permettra la fabrication de nouveaux emballages de teinte claire.

Bon à savoir :

e Le recyclage évite le rejet de plus de 2 millions de tonnes de déchets ménagers par an,

e 100% du verre collecté en France est recyclé,

e 63,2% : C’est le taux de recyclage en France. Soit un peu plus de 6 bouteilles sur 10 sont recyclées,

e 50kg : C’est le poids des emballages en verre consommés chaque année par habitant,

e 3,7 millions : C’est le tonnage de verre produit en France, dont 2 millions de tonnes issues du verre recyclé.

e En 2009, c’est 1388 tonnes de verre qui ont été recyclés pour l’ensemble du territoire de la Communauté d’Agglomération Seine Eure, soit 23kg par habitant pour l’année.

Les questions des trieurs :

Pourquoi ne pas mettre les «verres à boire» dans le conteneur à verre ni la «vaisselle transparente» ?

Les «verres à boire» peuvent contenir du plomb qui se dépose au fond des fours et attaque les briques réfractaires. La «vaisselle en verre» est en fait une céramique transparente qui fond à une température beaucoup plus élevée que le verre d’une bouteille. C’est ce qu’on appelle un infusible. Si on ne parvient pas à l’enlever avant enfournage, on retrouve ces morceaux dans les objets finis.

Que devient le verre qui n’est pas mis dans les conteneurs et donc non recyclé ?

Il va dans la poubelle des ordures résiduelles qui sont dirigées selon le cas en décharge ou en incinérateur. Il est donc perdu à jamais et  «encombre» inutilement la décharge ou l’incinérateur. Il faut de plus payer le coût de traitement à la tonne.

Ne vaudrait-il pas mieux réutiliser les bouteilles (consigne) que les traiter pour les recycler ?

Non, le recyclage est la voie la plus économique et la plus sûre sur le plan sanitaire. En effet, la consigne suppose le transport de bouteilles vides, leur lavage, et le traitement des eaux de lavage. En outre, pour pouvoir supporter ces multiples utilisations, les bouteilles devraient être plus épaisses et donc plus lourdes (incidence sur le transport et la matière première).

Renseignements complémentaires auprès du service propreté publique au 02 32 50 85 64.

Discussion

Les commentaires sont clos pour cet article.

Les commentaires sont clos.

Login